Banc public

Diffusion :
Lundi 15 h
Rediffusion :
Aucune rediffusion

Du 6 janvier au 29 mars 2020

2 décembre 2015

Émission 13

Épisode Complet

Enseigner aux enfants de la guerre

Guylaine s’entretient avec une psychopédagogue sur l’intégration d’enfants qui ont vécu la guerre. Une mère de deux garçons autistes, nous raconte les difficultés de son quotidien. Puis, Marie-Ève Maillé nous parle de la page Facebook Décider entre hommes

Les segments

2 décembre 2015

Les enfants de la guerre - Partie 1 �

Au cours des prochains mois le Québec accueillera des milliers de réfugiés syriens. Plusieurs organismes travailleront à leur intégration, dont les écoles. À Montréal et à Laval, les commissions scolaires s'attendent à recevoir environ 2400 enfants syriens, âgés de 4 à 17 ans. Nos écoles sont-elles prêtes à accueillir ces enfants de la guerre

2 décembre 2015

Les enfants de la guerre - Partie 2 �

Au cours des prochains mois le Québec accueillera des milliers de réfugiés syriens. Plusieurs organismes travailleront à leur intégration, dont les écoles. À Montréal et à Laval, les commissions scolaires s'attendent à recevoir environ 2400 enfants syriens, âgés de 4 à 17 ans. Nos écoles sont-elles prêtes à accueillir ces enfants de la guerre

2 décembre 2015

Parents à bout de souffle - Partie 1 �

Les parents d'enfants lourdement handicapés sont à bout de souffle. Les soins quotidiens et le manque de ressources pour les aider à faire face à la situation de leurs enfants les obligent parfois à les placer en famille d'accueil. Ils réclament du gouvernement qu'il leur accorde le même soutien financier qu'aux familles d'accueil.

2 décembre 2015

Marie-Ève Maillé : Décider entre hommes �

En août 2015, Marie-Ève Maillé a lancé la page Facebook « Décider entre hommes » qui compte déjà plus de 6 mille mentions « J'aime ». Une façon de souligner avec humour l'absence de femmes dans les cercles de décisions.

2 décembre 2015

Parents à bout de souffle - Partie 2 �

Les parents d'enfants lourdement handicapés sont à bout de souffle. Les soins quotidiens et le manque de ressources pour les aider à faire face à la situation de leurs enfants les obligent parfois à les placer en famille d'accueil. Ils réclament du gouvernement qu'il leur accorde le même soutien financier qu'aux familles d'accueil.